Logo Mairie d'Etang-sur-Arroux

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Justice / Discrimination / Racisme : quels sont vos droits en tant que victime?

Racisme : quels sont vos droits en tant que victime?

Le racisme est le fait manifester de la haine envers une personne en raison de son apparence physique ou de son origine nationale ou ethnique. L’antisémitisme est une forme de racisme dirigé contre les Juifs. Le racisme peut se traduire par des propos ou des acte injurieux, discriminatoires ou violents. Le racisme est interdit par la loi et des sanctions pénales sont prévues. Si vous êtes victime de racisme, vous pouvez demande de l’assistance, signaler les faits et porter plainte.

Injure ou diffamation

De quoi s’agit-il ?

Le racisme est une manifestation de haine à l’égard d’une personne en raison de son apparence physique, de son origine ou de son appartenance à une ethnie, une nation ou une supposée race.

Ces éléments d’identification de la victime sont dévalorisés par l’auteur de l’acte raciste, et ils constituent le fondement de sa haine.

La haine raciale peut se manifester dans différents domaines de la vie quotidienne : dans l’environnement professionnel, dans la vie sociale et économique, dans les lieux accueillant du public, etc…​..

Elle se manifeste par des paroles ou par des actes injurieux, violents ou discriminatoires.

Injure à caractère raciste

L’injure est une parole, un écrit ou une expression, adressés à une personne dans l’intention de la blesser ou de l’offenser.

Le racisme peut s’exprimer par des propos ou des écrits injurieux, qui visent à dévaloriser l’apparence physique ou l’origine nationale ou ethnique d’une personne.

Exemple

Injures basées sur des appellations péjoratives des gens d’une certaine nationalité ou origine ethnique.

Diffamation à caractère raciste

La diffamation consiste à porter à la connaissance du public un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne.

Le racisme peut s’exprimer par des propos ou des écrits diffamatoires, qui visent à porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne en raison de son apparence physique ou de son origine nationale ou ethnique.

Exemple

Diffusion d’informations (vraies ou fausses) attribuant certains défauts aux ressortissants d’un pays ou aux personnes ayant une certaine couleur de peau.

Demander le retrait des contenus racistes sur internet

Si l’injure ou la diffamation raciste est publiée sur internet, vous pouvez demander directement leur retrait au responsable du support de diffusion : site internet, forum ou réseau social.

Les réseaux sociaux ou les hébergeurs de vidéos permettent également de demander le retrait de tel ou tel contenu au nom du respect des personnes. Cependant, leurs conditions de retrait dépendent de leurs propres critères et non des lois françaises.

Sur les forums, les messages jugés obscènes ou menaçants peuvent être signalés aux responsables.

Les réseaux sociaux permettent également de «bloquer» une personne, c’est-à-dire d’empêcher toute mise en contact.

Vous pouvez alerter les directement les responsables des réseaux sociaux :

  • Signaler un comportement inapproprié sur Twitter

  • Signaler un comportement abusif sur Facebook

  • Signaler un comportement abusif sur 0=Aide%20sur%20Instagram&bc[1]=Confidentialit%C3%A9%20et%20s%C3%A9curit%C3%A9&bc[2]=Signalement%20de%20quelque%20chose[Instagram]

  • Signaler un abus ou un problème de sécurité sur Snapchat

  • Signaler un comportement abusif sur TikTok

Signaler des contenus racistes

Le site PHAROS , géré par des policiers et gendarmes spécialisés, permet de signaler les contenus illicites se trouvant sur internet.

Vous pouvez faire un signalement même si vous êtes mineur.

Les réseaux sociaux ont souvent leurs propres dispositifs de signalement. Ils évoluent en fonction des conditions générales de vente de la société-mère et non en fonction des lois françaises.

Vous pouvez néanmoins demander le retrait des contenus illégaux à leur auteur ou à l’hébergeur du site.

Contacter le bureau d’aide aux victimes

En tant que victime de racisme, vous pouvez contacter le bureau d’aide aux victimes du tribunal judiciaire. Il y a un bureau d’aide aux victimes dans chaque tribunal judiciaire.

Porter plainte

Délai de prescription

Si vous êtes victime d’injure ou de diffamation à caractère raciste, vous pouvez porter contre le ou les auteurs des faits.

La plainte doit être déposée dans un délai limité après la survenance des faits.

Ce délai pendant lequel vous devez porter plainte est appelé délai de prescription .

Il démarre le jour de la 1 ère publication des propos ou de leur prononciation orale.

En matière d’injure et de diffamation à caractère raciste, le délai de prescription est de 1 an.

Procédure

La procédure à utiliser diffère selon que vous connaissez ou non l’auteur de l’injure ou de la diffamation.

Vous connaissez l’auteur des propos

La personne visée par la plainte doit être l’auteur des propos insultants ou diffamatoires.

Toutefois, si les propos ont été diffusés sur un média (journal, site internet, radio…​), c’est le directeur de la publication qui est considéré comme auteur principal, parce qu’il est le responsable du média. L’auteur des propos incriminé, s’il est différent du directeur de publication, sera poursuivi comme complice. Tout journal doit indiquer le nom de son directeur de publication. Cette règle s’applique également aux sites internet professionnels, mais pas aux blogs personnels amateurs.

Vous ne pouvez poursuivre qu’une personne physique et non une personne morale (un syndicat, une entreprise…​). Et ce, même si la publication visée est éditée au nom de l’entreprise ou du syndicat.

Si l’injure ou la diffamation a été prononcée sur un site internet , vous devez poursuivre d’abord l’auteur des propos et non l’hébergeur du site .

Vous pouvez saisir directement le tribunal avec une citation directe . Pour utiliser cette procédure, vous devez connaître les coordonnées de la personne visée.

Dans ce cas, vous devez alors recueillir les preuves vous-même. Toute preuve est admise par le tribunal : capture d’écran, enregistrement audio…​.

La citation doit indiquer quels sont exactement les propos visés et de quelle infraction ils relèvent. Vous pouvez demander l’aide d’un avocat.

Il ne suffit pas de poursuivre pour un article entier de blog, la citation doit indiquer quels passages précis relèvent de l’injure publique et lesquels relèvent de la diffamation , et faire la démonstration juridique de l’infraction alléguée.

Mais le tribunal peut vous aider dans cette démarche en matière d’injure ou de diffamation raciste.

La justice peut également rédiger elle-même les poursuites contre l’auteur des faits. Dans ce cas, vous devez porter plainte via une plainte simple,ou une plainte avec constitution de partie civile .

Sur place

Vous devez vous adresser à un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie de votre choix.

Gendarmerie

La réception de la plainte ne peut pas vous être refusée.

La plainte est ensuite transmise au procureur de la République par la police ou la gendarmerie.

Par courrier

Vous pouvez porter plainte directement auprès du procureur de la République. Il faut envoyer une lettre sur papier libre au tribunal judiciaire du lieu de l’infraction ou du domicile de l’auteur de l’infraction.

La lettre doit préciser les éléments suivants :

  • État civil et coordonnées complètes (adresse et numéro de téléphone) du plaignant

  • Récit détaillé des faits, date et lieu de l’infraction

  • Nom de l’auteur supposé si vous le connaissez (sinon, la plainte sera déposée contre X)

  • Noms et adresses des éventuels témoins de l’infraction

  • Description et estimation provisoire ou définitive du préjudice

  • Documents de preuve : certificats médicaux, arrêts de travail, factures diverses, constats …​.

  • Volonté de se constituer partie civile

Tribunal judiciaire ou de proximité

Vous pouvez envoyer votre plainte en lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre simple. Vous pouvez aussi déposer votre plainte directement à l’accueil du tribunal. Dans tous les cas, un récépissé vous sera remis dès que les services du procureur de la République auront enregistré votre plainte.

La plainte avec constitution de partie civile dépend du contexte de l’injure ou de la diffamation : publique ou non publique

Injure ou diffamation publique

La plainte avec constitution de partie civile peut être utilisée directement.

Injure ou diffamation non publique

La plainte avec constitution de partie civile ne peut pas être utilisée directement. Pour pouvoir l’utiliser, il faut qu’une plainte simple soit déposée et qu’elle soit classée sans suite, ou qu’elle soit restée sans réponse pendant 3 mois.

L’enquête ouverte suite au dépôt de plainte vise à établir la réalité des faits, sans les qualifier au niveau pénal. Par exemple, les enquêteurs vérifieront si la personne visée est bien l’auteur du blog et non si les propos qu’il a tenus pouvaient être considérés comme une injure.

À savoir

en cas d’urgence, un référé peut être utilisé (par exemple, pour demander le retrait d’une vidéo publiée sur internet).

Vous ne connaissez pas l’auteur des propos

Si l’auteur des propos est inconnu, vous pouvez quand même déposer plainte. Par exemple, si l’auteur des propos utilise un pseudonyme.

Dans ce cas, il est faut porter plainte contre X, que ce soit une plainte simple, ou une plainte avec constitution de partie civile .

Vous devez vous rendre dans un commissariat de police ou à la gendarmerie de votre choix.

Gendarmerie

Les services de police ou de gendarmerie sont obligés d’enregistrer la plainte.

La plainte est ensuite transmise au procureur de la République pour qu’il décide de la suite (enquête, classement sans suite…​).

Si vous ne connaissez pas l’auteur des faits, vous pouvez remplir une pré-plainte en ligne avant de vous déplacer.

Vous obtiendrez alors un rendez-vous et les policiers ou gendarmes auront déjà les éléments de votre plainte à votre arrivée.

Vous pouvez aussi porter plainte par courrier.

Vous pouvez porter plainte directement auprès du procureur de la République. Il faut envoyer une lettre sur papier libre au tribunal judiciaire du lieu de l’infraction ou du domicile de l’auteur de l’infraction.

La lettre doit préciser les éléments suivants :

  • État civil et coordonnées complètes (adresse et numéro de téléphone) du plaignant

  • Récit détaillé des faits, date et lieu de l’infraction

  • Nom de l’auteur supposé si vous le connaissez (sinon, la plainte sera déposée contre X)

  • Noms et adresses des éventuels témoins de l’infraction

  • Description et estimation provisoire ou définitive du préjudice

  • Documents de preuve : certificats médicaux, arrêts de travail, factures diverses, constats …​.

  • Volonté de se constituer partie civile

Tribunal judiciaire ou de proximité

Vous pouvez envoyer votre plainte en lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre simple. Vous pouvez aussi déposer votre plainte directement à l’accueil du tribunal. Dans tous les cas, un récépissé vous sera remis dès que les services du procureur de la République auront enregistré votre plainte.

La plainte avec constitution de partie civile dépend du contexte de l’injure ou de la diffamation : publique ou non publique

Injure ou diffamation publique

La plainte avec constitution de partie civile peut être utilisée directement.

Injure ou diffamation non publique

La plainte avec constitution de partie civile ne peut pas être utilisée directement. Pour pouvoir l’utiliser, il faut qu’une plainte simple soit déposée et qu’elle soit classée sans suite, ou qu’elle soit restée sans réponse pendant 3 mois.

L’enquête ouverte suite au dépôt de plainte vise à établir la réalité des faits, sans les qualifier au niveau pénal. Par exemple, les enquêteurs vérifieront si la personne visée est bien l’auteur du blog et non si les propos qu’il a tenus pouvaient être considérés comme une injure.

À savoir

si les propos ont été tenus sur internet, vous pouvez demander à un hébergeur le retrait d’un contenu insultant (une vidéo par exemple).

Sanctions

Injure ou diffamation publique

La peine encourue est de 1 an d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.

Injure ou diffamation non publique

La peine encourue est une contravention de 1 500 € maximum.

Violence

De quoi s’agit-il ?

Le racisme est une manifestation de haine à l’égard d’une personne en raison de son apparence physique, de son origine ou de son appartenance à une ethnie, une nation ou une supposée race.

Ces éléments d’identification de la victime sont dévalorisés par l’auteur de l’acte raciste, et ils constituent le fondement de sa haine.

La violence à caractère raciste consiste à commettre des actes de violence sur des personnes en raison de leur en raison de leur couleur de peau ou de leur origine nationale ou ethnique. La violence peut être physique ou morale (harcèlement).

Elle se manifeste par des paroles ou par des actes injurieux, violents ou discriminatoires, et touche différents domaines de la vie quotidienne : au travail, à l’école, dans les lieux accueillant du public, etc…​..

Exemple

Agression physique dans la rue

Demander de l’aide en urgence

Si vous êtes victime ou témoin de violence à caractère raciste, vous pouvez contacter divers services pour demander secours, assistance, ou soutien.

Alerter les services de secours

Vous pouvez alerter le Samu ou les pompiers, si vous avez besoin de soins médicaux urgents suite à des actes de violence physique.

Samu - 15

Pour les situations d’urgences médicales

Par téléphone

**15**

Appel gratuit depuis un poste fixe et un mobile en France métropolitaine et Outre-mer

Fonctionne 24h/24 et 7j/7

Pompiers - 18

Par téléphone

Composez le 18 en cas d’urgence concernant un incendie, un accident de la route, un accident domestique, une explosion ou dégagement de gaz ou de vapeurs toxiques, une personne en péril, une noyade ou une inondation.

Depuis un téléphone portable, composez le 112 .

Appeler la police et la gendarmerie

Si vous êtes dans une situation qui nécessite une intervention urgente des forces de l’ordre, vous contacter par téléphone la police ou la gendarmerie.

Pour appeler en urgence la police ou la gendarmerie en France, il faut composer le 17 .

Si la situation ne relève pas d’une urgence, composez le numéro de votre commissariat ou de votre brigade de gendarmerie.

Police secours - 17

Par téléphone

Composez le 17 en cas d’urgence concernant un accident de la route, un trouble à l’ordre public ou une infraction pénale. Une équipe de policiers ou de gendarmes se rendra sur les lieux.

Vous pouvez aussi composer le 112 .

Si la situation ne relève pas d’une urgence, composez le numéro de votre commissariat ou de votre brigade de gendarmerie.

Par SMS

Vous pouvez aussi envoyer un SMS gratuitement au 114 . Si vous ne pouvez pas parler (danger, handicap), vous communiquerez alors par écrit avec votre correspondant.

Pour appeler en urgence la police ou la gendarmerie dans un des pays de l’Union européenne , il faut composer le 112 .

Numéro d’urgence européen - 112

**112**

Numéro d’urgence à utiliser pour un appel depuis un pays européen ou depuis un téléphone mobile

24h/24h et 7j/7

Appel gratuit

Ces numéros ne doivent être utilisés qu’en cas d’urgence, lorsqu’une intervention rapide est nécessaire. Vous ne devez pas les utiliser pour signaler un délit qui s’est déroulé plusieurs jours auparavant par exemple.

Contacter le bureau d’aide aux victimes

En tant que victime de racisme, vous pouvez aussi contacter le bureau d’aide aux victimes du tribunal judiciaire. Il y a un bureau d’aide aux victimes dans chaque tribunal judiciaire.

Porter plainte

Quels sont les délais de prescription ?

Si vous êtes victime de violence à caractère raciste, vous pouvez porter contre le ou les auteurs des faits.

La plainte doit être déposée dans un délai limité après la survenance des faits.

Ce délai pendant lequel vous devez porter plainte est appelé délai de prescription .

Il démarre le jour de la 1 ère publication des propos ou de leur prononciation orale.

En matière de violence à caractère raciste, le délai de prescription est de 6 ans si les faits constituent un délit , et de 20 ou 30 ans s’il s’agit d’un crime .

Procédure

Vous pouvez porter plainte auprès de la police ou de la gendarmerie, ou auprès du Procureur de la République.

Sur place

Vous devez vous adresser à un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie de votre choix.

Gendarmerie

La réception de la plainte ne peut pas vous être refusée.

La plainte est ensuite transmise au procureur de la République par la police ou la gendarmerie.

Par courrier

Vous pouvez porter plainte directement auprès du procureur de la République. Il faut envoyer une lettre sur papier libre au tribunal judiciaire du lieu de l’infraction ou du domicile de l’auteur de l’infraction.

La lettre doit préciser les éléments suivants :

  • État civil et coordonnées complètes (adresse et numéro de téléphone) du plaignant

  • Récit détaillé des faits, date et lieu de l’infraction

  • Nom de l’auteur supposé si vous le connaissez (sinon, la plainte sera déposée contre X)

  • Noms et adresses des éventuels témoins de l’infraction

  • Description et estimation provisoire ou définitive du préjudice

  • Documents de preuve : certificats médicaux, arrêts de travail, factures diverses, constats …​.

  • Volonté de se constituer partie civile

Tribunal judiciaire ou de proximité

Vous pouvez envoyer votre plainte en lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre simple. Vous pouvez aussi déposer votre plainte directement à l’accueil du tribunal. Dans tous les cas, un récépissé vous sera remis dès que les services du procureur de la République auront enregistré votre plainte.

Sanctions

La violence physique (coup de poing, de pied…​) et la violence morale (menaces, harcèlement…​) sont sanctionnées de la même manière. La gravité des sanctions dépend de l’importance des blessures subies par la victime.

Les gravité des sanctions dépend de l’importance des blessures subies par la victime.

Table 1. Relations entre dommages et sanctions

Dommage subi par la victime

Peine encourue

Aucune lésion ou blessure

750 € d’amende

Incapacité totale de travail (ITT) d’une durée inférieure ou égale à 8 jours

1 500 € d’amende ( 3 000 € en cas de récidive)

ITT de plus de 8 jours

3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende

Mutilation ou infirmité permanente

10 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende

Mort (sans l’intention de la donner de la part de l’auteur)

15 ans d’emprisonnement

Meurtre

30 ans d’emprisonnement

L’intention raciste constitue une circonstance aggravante qui permet au juge de prononcer des sanctions plus lourdes.

Discrimination

De quoi s’agit-il ?

Le racisme est une manifestation de haine à l’égard d’une personne en raison de son apparence physique, de son origine ou de son appartenance à une ethnie, une nation ou une supposée race.

Ces éléments d’identification de la victime sont dévalorisés par l’auteur de l’acte raciste, et ils constituent le fondement de sa haine.

La discrimination raciale consiste à défavoriser une personne en raison de son apparence physique, ou de son origine nationale ou ethnique.

Elle peut se manifester dans différents domaines de la vie quotidienne : dans l’environnement professionnel, dans la vie sociale et économique, dans les lieux accueillant du public, etc…​..

Elle se manifeste par des paroles ou par des actes injurieux, violents ou discriminatoires.

Exemple

Élimination d’une personne lors d’un recrutement, en raison de sa couleur de peau, de sa nationalité ou de son origine.

Contacter le bureau d’aide aux victimes

En tant que victime de racisme, vous pouvez aussi contacter le bureau d’aide aux victimes du tribunal judiciaire. Il y a un bureau d’aide aux victimes dans chaque tribunal judiciaire.

Signaler les faits au Défenseur des droits

Vous pouvez aussi saisir le Défenseur des droits pour lui signaler les faits. Le Défenseur des droits pourra vous accompagner dans les démarches à faire pour défendre vos intérêts.

Sur place

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un délégué du Défenseur des droits.

Par courrier

Défenseur des droits

Par téléphone (information générale)

**09 69 39 00 00**

Coût d’un appel local

Du lundi au vendredi de 8h à 20h

Par courrier (pour saisir le Défenseur des droits) Par courrier gratuit, sans affranchissement

Défenseur des droits

Libre réponse 71120

75342 Paris cedex 07

**Attention :** joindre à votre courrier les photocopies des pièces relatives à votre saisine.

Par messagerie

Porter plainte

Vous pouvez porter plainte sur place ou par courrier dans un délai de 6 ans après les faits.

Sur place

Vous devez vous adresser à un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie de votre choix.

Gendarmerie

La réception de la plainte ne peut pas vous être refusée.

La plainte est ensuite transmise au procureur de la République par la police ou la gendarmerie.

Par courrier

Vous pouvez porter plainte directement auprès du procureur de la République. Il faut envoyer une lettre sur papier libre au tribunal judiciaire du lieu de l’infraction ou du domicile de l’auteur de l’infraction.

La lettre doit préciser les éléments suivants :

  • État civil et coordonnées complètes (adresse et numéro de téléphone) du plaignant

  • Récit détaillé des faits, date et lieu de l’infraction

  • Nom de l’auteur supposé si vous le connaissez (sinon, la plainte sera déposée contre X)

  • Noms et adresses des éventuels témoins de l’infraction

  • Description et estimation provisoire ou définitive du préjudice

  • Documents de preuve : certificats médicaux, arrêts de travail, factures diverses, constats …​.

  • Volonté de se constituer partie civile

Tribunal judiciaire ou de proximité

Vous pouvez envoyer votre plainte en lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre simple. Vous pouvez aussi déposer votre plainte directement à l’accueil du tribunal. Dans tous les cas, un récépissé vous sera remis dès que les services du procureur de la République auront enregistré votre plainte.

Si la discrimination a été commise dans un cadre professionnel (refus d’une promotion, licenciement abusif, discrimination à l’embauche…​), vous pouvez saisir :

À noter

Une personne qui dénonce des discriminations, sans les subir pour autant elle-même, ne peut pas faire l’objet de sanctions professionnelles.

Sanctions

Cas général

L’auteur des faits risque une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 € d’amende.

Discrimination dans un lieu public

Si l’auteur est un agent public (dans une mairie, une préfecture, à Pôle emploi…​) et a commis les faits dans le cadre de ses fonctions, les peines peuvent aller jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 € d’amende.

Discrimination dans une administration

Si l’auteur est un agent public (dans une mairie, une préfecture, à Pôle emploi…​) et a commis les faits dans le cadre de ses fonctions, les peines peuvent aller jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 € d’amende.

Direction de l’information légale et administrative

26/10/2020

Questions / réponses

Préparer votre démarche à l’aide de formulaires

Définitons

Prescription : Expiration d’un droit après un certain délai

Délit : Infraction jugée par le tribunal correctionnel et punie principalement d’une amende et/ou d’une peine d’emprisonnement inférieure à 10 ans

Crime : Infraction la plus grave punissable par une peine de prison (homicide volontaire ou viol par exemple)

Abréviations

PHAROS : Plateforme d’Harmonisation, d’Analyse, de Recoupement et d’Orientation des Signalements

Pour en savoir plus

Références